13E ANNEE - PREMIER PORTAIL D'INFORMATIONS TOURISTIQUES DE L'OCEAN INDIEN


T O U R I S M E

Christian Lefèvre : « Coquille Bonheur : Exercer notre métier avec passion et servir la destination avec un amour constructif »

29 Mars 2018 - Depuis bientôt 12 ans « Coquille Bonheur » se fraye un chemin unique dans l’industrie touristique mauricienne. Ce chemin est celui d’un homme, Christian Lefèvre, qui a une certaine idée du tourisme, loin des sentiers battus et des stéréotypes. Pourfendeur de l’All-Inclusive, chevalier du haut de gamme et du bon goût, il a une foi inébranlable dans l’hospitalité des Mauriciens et leur capacité à rendre les vacances de nos visiteurs totalement uniques. Dans cette interview exclusive il revient sur le parcours de « Coquille Bonheur » et pose les premiers coups de pinceau sur le tableau qu’il compte bien peindre pour les 12 prochaines années.

Depuis bientôt 12 ans « Coquille Bonheur » se fraye un chemin unique dans l’industrie touristique mauricienne. Ce chemin est celui d’un homme, Christian Lefèvre, qui a une certaine idée du tourisme, loin des sentiers battus et des stéréotypes. Pourfendeur de l’All-Inclusive, chevalier du haut de gamme et du bon goût, il a une foi inébranlable dans l’hospitalité des Mauriciens et leur capacité à rendre les vacances de nos visiteurs totalement uniques. Dans cette interview exclusive il revient sur le parcours de « Coquille Bonheur » et pose les premiers coups de pinceau sur le tableau qu’il compte bien peindre pour les 12 prochaines années.

1. Le service sur mesure est la marque de fabrique de Coquille Bonheur. Jusqu’où peut-on aller dans la personnalisation sans dénaturer l’expérience naturelle du client ?
Vous étiez le premier à qui j’ai donné une entrevue juste après le lancement de Coquille Bonheur bientôt 12 ans. Je vous disais à l’époque que nous miserons sur le service, service et service dans le haut de gamme et certainement pas dans le bling bling et le superficiel. C’est le haut de gamme dans toute sa splendeur et sa simplicité, du bonheur, rien que du Bonheur, un état de complète satisfaction et de plénitude.

Votre question tombe à point nommé. Cette « dénature » je le constate malheureusement chez les concurrents imitateurs qui finissent dans la contrefaçon et l’embrouillamini. Chez nous, notre équipe continue de démontrer un talent particulier à exercer notre métier, à servir avec un amour constructif pour la destination, la passion pour son travail et une vocation inébranlable pour assurer le bien-être des visiteurs. À la fin, nous sommes que l’Ange Gardien de nos clients.

2. Quels sont les souhaits qu’expriment le plus souvent vos clients quand ils arrivent à Maurice ?
Tout pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles ! Que nous les Mauriciens, nous continuons à être nous – mêmes avec dans l’âme l’esprit d’accueil et qu’on garde ce sourire kilométrique si naturel.

3. Pensez-vous que nous courrons le risque que la population mauricienne soit de moins en moins accueillante avec les touristes ?

« Living the elusive and not the all-inclusive »
 !!! Évitons la « tourismophobie ».
L'île Maurice est une économie insulaire fragile. Le tourisme doit absolument contribuer à la hauteur des espérances de la population. J’ai plaidé depuis la création de Coquille Bonheur pour un partenariat pluriel et fécond en faveur d’un tourisme équitable, de communauté et durable dans le temps. Le All Inclusive s’avère irréconciliable avec la maturité de notre industrie et les perspectives d’avenir. Le tourisme de masse va s’autodétruire et produire des effets néfastes sur la population. Ils se sentent souvent marginalisés et prolétarisés.

La réussite de l’industrie du tourisme dépendra de l’engagement de la population et vice versa. Le Mauricien doit se sentir concerné et ne pas changer le sens de l’hospitalité, au contraire. Chaque Mauricien a un rôle dans la promotion de Maurice comme une destination touristique. Tout n’est pas autour de la recette touristique mais sur la composante humaine, de la sympathie, l’accueil et, bien sûr, la qualité des produits.

4. Comment est-ce que Coquille Bonheur arrive à maintenir le niveau d’excellence qui est le sien en termes de service client ?

Nous travaillons inlassablement en bonne intelligence et notre capacité axée sur la flexibilité, la rapidité et l’efficacité. Quand on travaille dans le tourisme, il faut être optimiste dans la tête puisque nous vendons du bonheur et nous travaillons dans le bonheur. L’île Maurice doit à tout prix préserver sa réputation et maintenir une valeur de référence. Il faut continuer à diversifier et développer l’offre touristique tout en garantissant une qualité irréprochable à tous les niveaux.

5. Avez-vous déjà commencé à inventer la Coquille Bonheur des 12 prochaines années ?
Nous capitalisons sur les bons moments et nous faisons durer le plaisir. Coquille Bonheur existe depuis douze ans et nous continuons tranquillement d’apporter beaucoup de bonheur à nos clients… Ti pa ti pa nou avansé ! J’ai créé la compagnie avec l’ambition d’être un réceptif diffèrent, je persévère donc a construire l’avenir dans ce sens. Notre fil conducteur c’est d’affirmer une différence à travers un rejet des activités stéréotypées. Pour ce faire, il nous faut une capacité d’ingéniosité et la possibilité de sans cesse se réinventer. La réactivité est très importante pour garantir un service client de qualité. Le monde est ultra-connecté, nous comptons donc sur une combine d’un apport humain et technologique pour emmener a bien le travail si bien commence.


Coquille Bonheur participe de manière régulière et constante aux grands salons internationaux. Ici avec Jay Strokov, Purchasing Manager – Mauritius, Seychelles and Africa pour le Group dnata et Raj Bhujohory, Président la MTPA

6. Quelle a été votre plus grande satisfaction de ces 12 dernières années ?
Je suis un chef d’entreprise heureux et l’aspect humain demeure ma première source de joie. J’ai une équipe avec une force créatrice surprenante qui constitue le motif de réjouissance le plus fort. L’autre source de satisfaction c’est le contentement de chaque client et la relation qu’on entretienne avec nos tour-opérateurs.