13E ANNEE - PREMIER PORTAIL D'INFORMATIONS TOURISTIQUES DE L'OCEAN INDIEN


AVIATION

Emirates mène campagne contre le trafic illégal d’animaux sauvages

4 Novembre 2015 - Deux impressionnants A380 d’Emirates prennent leur envol cette semaine, arborant de tout nouveaux dessins sur leurs flancs en signe de solidarité avec United for Wildlife. Cette coalition internationale réunit sous une seule et même bannière les principales ONG du monde entier, impliquées dans la lutte contre le trafic illégal d’espèces sauvages. Représentant quelques-unes des espèces menacées par le braconnage et la contrebande à travers le monde, les magnifiques dessins visent à attirer l’attention sur le trafic illégal d’animaux et sur l’urgence de la situation.

4 Novembre 2015 - Deux impressionnants A380 d’Emirates prennent leur envol cette semaine, arborant de tout nouveaux dessins sur leurs flancs en signe de solidarité avec United for Wildlife. Cette coalition internationale réunit sous une seule et même bannière les principales ONG du monde entier, impliquées dans la lutte contre le trafic illégal d’espèces sauvages. Représentant quelques-unes des espèces menacées par le braconnage et la contrebande à travers le monde, les magnifiques dessins visent à attirer l’attention sur le trafic illégal d’animaux et sur l’urgence de la situation.

 
Deux impressionnants A380 d’Emirates prennent leur envol cette semaine, arborant de tout nouveaux dessins sur leurs flancs en signe de solidarité avec United for Wildlife. Cette coalition internationale réunit sous une seule et même bannière les principales ONG du monde entier, impliquées dans la lutte contre le trafic illégal d’espèces sauvages.
Représentant quelques-unes des espèces menacées par le braconnage et la contrebande à travers le monde, les magnifiques dessins visent à attirer l’attention sur le trafic illégal d’animaux et sur l’urgence de la situation.
« Nous saluons les efforts et l’engagement d’Emirates pour combattre le trafic illégal d’espèces sauvages qui, au-delà des préoccupations écologiques, est aujourd’hui considéré comme un crime organisé transnational très grave, » déclare le très honorable Lord Hague of Richmond, Président de la commission de United for Wildlife sur le transport. « Associé à la corruption et au blanchiment d’argent, ce type de trafic peut nuire au développement économique des communautés et pays qui figurent déjà parmi les plus pauvres du monde. Pour protéger l’avenir de ces animaux, un effort collectif est nécessaire, qui ne s’arrête pas à des mesures de dissuasion efficaces contre le braconnage et la contrebande ou à la surveillance policière et à la punition rigoureuse de tels crimes, mais qui comprend également l’éducation des consommateurs en vue d’endiguer la demande. »
Sir Tim Clark, Président d’Emirates Airline : « Tandis que le commerce illégal d’espèces sauvages atteint des records, de nombreux animaux, en particulier les éléphants d’Afrique, les rhinocéros, les tigres et les pholidotes, font face à une menace extrême. Le monde entier connaît une « crise de braconnage », et chacun doit agir avant qu’il ne soit trop tard. À Emirates, nous croyons que l’industrie internationale du transport, notamment les compagnies aériennes, peut jouer un rôle déterminant pour rompre la chaîne d’approvisionnement de ce trafic. C’est dans cet esprit que nous engageons les ressources nécessaires pour apporter notre contribution. »
Les consommateurs, eux aussi, peuvent faire une grande différence en boycottant les produits dérivés de ces animaux menacés et en encourageant leur entourage à en faire de même.
Les deux A380 d’Emirates seront en service cette semaine. Le premier est parti de Londres (LHR) le 2 novembre, et le deuxième atterrira à l'île Maurice (MRU) le 5 novembre. Chacun de ces avions arbore des dessins différents. Sur le premier avion, on distingue six espèces en danger, tandis que le dessin du deuxième représente des rhinocéros et des éléphants. S’étirant du nez à la queue, jusqu’aux ailes et au ventre, les motifs recouvrent presque entièrement l’appareil. Environ 40 % de la surface de ces A380, qui  sont les plus gros avions de passagers au monde, sont décorés pour l’occasion. La plus grande des deux décalques s’étale sur 42,5 mètres de long et 6,2 mètres de large, pour un poids total de 70 kg. Entièrement conçus, réalisés et apposés par une équipe interne à Emirates, ces deux motifs sont les plus volumineux que la compagnie ait jamais eu à fixer sur un appareil – une opération qui a mobilisé une équipe de 28 personnes pendant deux jours et demie pour un seul avion, soit environ 900 heures de travail par avion.
En plus de ses deux A380 qui porteront bien haut les couleurs de United for Wildlife, Emirates publiera régulièrement des reportages sur la protection des animaux sauvages dans ses magazines et proposera une série d’interviews en podcast, d’émissions et de films touchant à la vie sauvage sur les chaînes de son système de divertissement primé. Dans le magazine Open Skies d’Emirates, le sujet a été repris à la Une du numéro d’octobre.
La compagnie s’est également associée à des organisations internationales pour mieux former et équiper son personnel au sol et dans les airs à la détection et à la gestion de produits en transit, issus du commerce illégal d’animaux sauvages. Dans la mesure où les autorisations pour la circulation de certains produits d’origine animale et végétale sont souvent falsifiées, Emirates a décidé d’interdire le transport de trophées.
dnata, l’un des plus grands fournisseurs de services de transport aérien dans le monde et membre du groupe Emirates, se joint à la cause au travers du collectif dnata4good, qui collabore déjà avec les associations et les autorités sud-africaines pour la survie des rhinocéros sur leur territoire. dnata4good a financé l’achat d’un véhicule d’intervention d’urgence pour secourir les rhinocéros victimes des braconniers et contribue pour une grande part à l’éducation des enfants quant aux dangers du braconnage. dnata4good a également sponsorisé le premier centre d’accueil et de réhabilitation pour rhinocéros à Hoedspruit, qui est désormais opérationnel à 100 %.
Quelques faits et chiffres sur le braconnage et le commerce illégal d’espèces sauvages :
·  On estime à 3 200 seulement le nombre de tigres en liberté dans le monde. La plus grande menace pour ces tigres est le commerce illicite de leur peau et autres produits dérivés. Entre 2000 et 2014, les restes de quelque 1 590 tigres ont été saisis en Asie.
·   En Afrique du Sud, le nombre de rhinocéros victimes de braconnage est passé de 13 en 2007 à 1 215 en 2014, soit une moyenne actuelle de trois rhinocéros mutilés chaque jour. Sur l’ensemble du continent africain, ce chiffre a atteint 1 293 en 2014.
·    Chaque année, environ 30 000 éléphants sont tués par des braconniers en Afrique. En Afrique centrale, où les ravages sont plus importants, le taux de braconnage est deux fois supérieur à la moyenne continentale. Si aucune mesure n’est prise, le braconnage pourrait entraîner la disparition totale des éléphants d’Afrique.
·    Le pholidote est le mammifère le plus exploité au monde. On estime à plus d’un million le nombre de pholidotes braconnés ces dix dernières années.
·    Bien souvent, les gardiens des parcs ne sont pas suffisamment équipés et formés pour faire face aux braconniers armés et sans pitié. Afin de renforcer leur activité et d’échapper à la surveillance, les groupes de braconniers ont changé de mode opératoire et utilisent désormais des armes lourdes et des équipements sophistiqués : hélicoptères, médicaments vétérinaires, instruments de vision nocturne… On estime à 1 000 le nombre de gardes tués en service en dix ans.