13E ANNEE - PREMIER PORTAIL D'INFORMATIONS TOURISTIQUES DE L'OCEAN INDIEN


O B I T U A I R E

Franky Lufor s’en est allé

11 Mai 2018 - Il a traversé l’histoire de l’industrie hôtelière mauricienne sur 30 ans en laissant sur son parcours d’innombrables balises. Franky Lufor, 65 ans, s’en est allé mercredi de la même manière dont il a toujours appréhendé son métier, avec discrétion.

Il a traversé l’histoire de l’industrie hôtelière mauricienne sur 30 ans en laissant sur son parcours d’innombrables balises. Franky Lufor, 65 ans, s’en est allé mercredi de la même manière dont il a toujours appréhendé son métier, avec discrétion.

Ce grand professionnel de l’hôtellerie a laissé une trace indélébile partout où il est passé. De l’Island Sports Club à Rivière Noire à La Palmeraie à Belle Mare, de Blue Lagoon à Paradise Cove, Franky Lufor a côtoyé, formé, des centaines d’employés. Et choyé de milliers de clients. Avec la même générosité.

Nos chemins se sont croisés il y a une vingtaine d’années. Franky, avec son sourire charmeur, ses idées, sa passion pour l’hôtellerie, était aussi très fidèle en amitiés. Il pouvait se mettre en quatre pour quelqu’un qu’il appréciait. Quitte à ce que celui en coûte. Et qu’importe que les années aient passées, son sourire et ses yeux pétillants s’illuminaient toujours quand il revoyait un visage connu.

Il fait partie de ces hommes qui, vers le début des années 80 ont jeté les bases de ce qu’est l’hôtellerie mauricienne aujourd’hui. “Soutien indéfectible lorsqu’il fallait tout réinventer sur la péninsule du Morne dans des conditions difficiles” rappelait Patrice Clozier en hommage hier sur la page de La Palmeraie.


Travailleur infatigable, bon vivant, il a toujours voulu que les touristes qui nous visitent aient un vrai aperçu de l’île Maurice authentique. Et il a toujours œuvré dans ce sens. A la Palmeraie, où il a officié comme F&B Manager depuis dix ans, il laisse une empreinte qui ne s’effacera jamais.

Franky Lufor n’aura vécu que pour l’hôtellerie, sa famille et ses amis. On se souviendra de lui comme d’un passionné, jusqu’au boutiste, d'un professionnel . Franky était surtout homme de cœur. Bon voyage l’ami.

Jean-Joseph Permal