15E ANNEE - PREMIER PORTAIL D'INFORMATIONS TOURISTIQUES DE L'OCEAN INDIEN


H I S T O I R E

Jeanne Baret : Google Doodle célèbre avec un Doddle le 280e anniversaire de la botaniste et voyageuse française qui a séjourné à Maurice en 1768,  première femme à avoir fait le tour du monde

29 Juillet 2020 - Google Doodle célèbre le 280e anniversaire de la botaniste et voyageuse française Jeanne Baret, la première femme à avoir terminé un voyage du tour du monde. Elle a séjourné à l’île Maurice pendant deux ans à partir de 1768 Jeanne Baret est née le 27 juillet 1740 dans la ville de La Comelle, en Bourgogne, en France. Elle fit partie de l'expédition coloniale de Louis Antoine de Bougainville sur les bateaux La Boudeuse et Étoile en 1766-1769.

Jeanne Baret est née ce jour-là, en 1740, dans la ville historique d'Autun, dans le centre de la France. Grâce à une éducation rurale, elle est devenue experte dans l'identification des plantes et a été reconnue comme une spécialiste locale de la médecine des plantes. Au début des années 1760, elle a commencé à travailler pour le célèbre botaniste Philibert Commerson.

Lorsque la France a organisé son premier tour du monde en 1765, Commerson a été invité en tant que botaniste du groupe. Les lois françaises interdisant aux femmes d'accéder aux navires de la marine, Baret s'est habillé pour apparaître comme un homme afin de lui servir d'assistant. Le couple a recueilli plus de 6 000 spécimens de plantes au cours du voyage.


L'un des mystères de la vie de Jeanne Baret est la façon dont elle a reçu au moins les bases de l'éducation, car sa signature sur des documents faisant autorité plus tard prouve qu'elle n'était pas analphabète. L'un de ses biographes, Glynis Ridley, avance que sa mère était peut-être d'origine huguenote, un groupe qui avait une tradition d'éducation plus élevée que celle des classes ouvrières de l'époque.

Un autre biographe, John Dunmore, recommande que Jeanne Baret ait été éduquée par le prêtre de la paroisse ou prise en charge par un individu de la noblesse locale. Danielle Clode note néanmoins que Jeanne n'a pas signé le registre paroissial pour la mort de son père (ou la naissance de son filleul en 1756). Sa signature est datée de 1764, ce qui rend plus probable le fait qu'elle ait été chargée de composer par Commerson, peut-être pour l'aider dans son travail. Elle signait généralement son nom "Barret".

 
Jeanne Baret se joint à l'expédition déguisée en homme, se faisant appeler Jean Baret. Elle s'inscrit comme valet et partenaire du naturaliste de l'expédition, Philibert Commerson peu avant que les bateaux de Bougainville ne quittent la France. Comme l'indique le dossier de Bougainville, Baret était elle-même une botaniste spécialisée.

En raison d'une enfance rustique, Jeanne Baret a appris à distinguer les plantes et a été reconnue comme une experte locale en matière de médicaments à base de plantes. Au milieu des années 1760, elle a commencé à travailler pour l'éminent botaniste Philibert Commerson.

Au moment où la France organise son premier tour du monde en 1765, Commerson est accueilli comme le botaniste du groupe. Les lois françaises interdisaient aux femmes de monter à bord des navires de la marine, pour servir d'assistante, Jeanne Baret s'étant habillée en homme. Le couple a recueilli plus de 6 000 spécimens de plantes pendant le voyage.

A la longue, les membres de l'équipage ont découvert que Jeanne Baret s'était habillée en homme à Tahiti, et elle et Commerson ont terminé leur voyage tôt sur l'île Maurice en 1768. Jeanne Baret y resta pendant des années avant de revenir enfin en France, ce qui marqua la fin officielle de son tour du monde.
 
Jeanne Baret est morte  à Saint-Aulaye le 5 août 1807, à l'âge de 67 ans.

Aujourd'hui, nombreux sont ceux qui attribuent à Jeanne Baret la découverte européenne de la désormais bien connue plante de bougainvillier, alors que l'équipe était arrêtée au Brésil. L'œuvre d'art de Doodle représente un bougainvillier en fleurs, enveloppant une Jeanne Baret curieuse à bord de l'Étoile.

En 2012, Jeanne Baret a enfin reçu un honneur botanique qui lui a échappé de son vivant, lorsqu'une nouvelle plante du genre Solanum - qui comprend des pommes de terre, des tomates et des aubergines - a reçu le nom d'espèce baretiae.