13E ANNEE - PREMIER PORTAIL D'INFORMATIONS TOURISTIQUES DE L'OCEAN INDIEN


T O U R I S M E

Jocelyn Kwok - AHRIM: «Un budget qui répond à nos priorités»

9 Juin 2017 - L’Association des Hôteliers et Restaurateurs – Ile Maurice note avec satisfaction que le ministre des Finances et les autorités ont été sensibles aux arguments qu’elle a avancés. Une grande partie des propositions de l’association ont été écoutées et font l’objet de dispositions fortes dans le budget 2017-18.

L’Association des Hôteliers et Restaurateurs – île Maurice note avec satisfaction que le ministre des Finances et les autorités ont été sensibles aux arguments qu’elle a avancés. Une grande partie des propositions de l’association ont été écoutées et font l’objet de dispositions fortes dans le budget 2017-18.


Les divers chantiers annoncés devraient améliorer la destination et répondre aux préoccupations des opérateurs : le renforcement de la sécurité, l’amélioration des routes, la mise en place d’une nouvelle unité pour résoudre le problème des chiens errants, une attention particulière aux sites culturels, entre autres. L’AHRIM souhaite vivement que le budget d’investissement consacré à l’Ecole Hôtelière et l’introduction, au programme d’études scolaire, du Tourisme contribuent à fournir au secteur l’important volume de ressources humaines dont il a urgemment besoin.

"Nous saluons également les mesures visant à soutenir l’art et l’artisanat local, cette authenticité que recherchent de plus en plus les visiteurs.
Les autorités ont compris l’importance d’agrandir au plus vite l’aéroport ainsi que celle d’une ouverture contrôlée de notre économie à l’apport étranger. La possibilité donnée aux hôtels d’installer et d’exploiter, à certaines conditions, des machines de jeu élargit l’espace économique du secteur et augmentera progressivement le potentiel de notre tourisme au niveau global."


La poursuite active de la réforme des institutions publiques est extrêmement encourageante, de même que le e-licensing qui donne le ton de ce que seront demain nos transactions avec les autorités de régulation et d’octroi de licences. Enfin, la déduction fiscale dorénavant accordée aux investissements dans la production d’énergie solaire par les opérateurs économiques est une mesure opportune et symboliquement forte. »
L'Express