15E ANNEE - PREMIER PORTAIL D'INFORMATIONS TOURISTIQUES DE L'OCEAN INDIEN

Philippe Espitalier-Noël
Philippe Espitalier-Noël

T O U R I S M E

Le Groupe Rogers accélère l’intégration de sa stratégie de développement durable

20 Novembre 2020 - « Co-creating a Future-Fit Enterprise » : ainsi se définit l’ambition du groupe Rogers, entreprise ayant choisi de faire du développement durable un de ses leviers de croissance. Dans cette optique, le groupe a dévoilé, vendredi 13 novembre, à la Place du Moulin, à Bel Ombre, plusieurs initiatives qui s’inscrivent dans une mouvance de transformation vers des modèles plus durables.
 

Cette journée de séminaire comportait plusieurs volets :

• La présentation du premier Sustainability Report de Rogers,

• Le lancement d’une charte de développement durable, avec une cérémonie d’adhésion de l’équipe dirigeante du groupe à cette charte,

• Le dévoilement d’une nouvelle marque territoriale, « Bel Ombre Lamer. Later. Lavi. », destinée à unifier les opérations du groupe à Bel Ombre autour d’une identité partagée.

Dans la foulée, VLH, filiale du groupe, a également lancé ses « Summer Vibes Initiatives », axées sur la valorisation, auprès de la clientèle mauricienne, des offres de loisirs et d’hébergement, du 3 décembre 2020 au 10 janvier 2021.

S’appuyant sur ses réalisations en matière de développement durable, Rogers a souhaité cette année approfondir son engagement dans cette voie, notamment en mettant en place un comité du conseil d’administration pour renforcer l’axe Sustainability and Inclusiveness du groupe. Parmi les réalisations du comité figure une charte de développement durable portant sur les bonnes pratiques à valoriser au sein de chacun des marchés desservis par le groupe.

S’inspirant des cinq piliers du Pacte SigneNatir de Business Mauritius, la Charte de Rogers définit ainsi ses champs d’intervention :

• Climat : assurer une transition vers la neutralité carbone,

• Biodiversité : préserver et protéger les espèces marines et terrestres locales,

• Economie circulaire : réduire la production de déchets et recycler les trois quarts des déchets générés,

• Développement inclusif : employer davantage d’habitants de la région et contribuer à réduire les poches de pauvreté dans les zones où le groupe exerce ses activités, et

• Communautés dynamiques : œuvrer à une meilleure intégration des communautés locales et favoriser le développement de pratiques de construction plus responsables et plus durables.

« Il est de notre responsabilité de guider notre pays, ainsi que les communautés au sein desquelles nous exerçons nos activités, vers un avenir plus prospère et plus sûr. Ce voyage est aussi marqué par l’innovation disruptive, par le désir stimuler la créativité et la passion au sein de nos équipes et d’exploiter la technologie pour rendre le monde meilleur », indique Philippe Espitalier-Noël, Chief Executive Officer (CEO) de Rogers.

Citant le documentaire « A Life on Our Planet » de Sir David Attenborough, au début de son intervention, vendredi, le CEO de Rogers, souhaitait placer le dialogue avec les équipes sous le signe de l’optimisme. « Nous sommes à un moment charnière de notre histoire, de l’histoire de l’humanité. La pandémie a fait apparaître nos vulnérabilités et a ébranlé nos convictions. Mais elle nous a aussi ouvert les yeux. Adopter une démarche de développement durable n’est pas une option, mais une obligation. Et comme le dit David Attenborough, il ne s’agit pas uniquement de sauver la planète, mais surtout de sauver l’humanité. Et il est encore temps d’agir. »

Plus que jamais, les entreprises et ceux qui les font vivre sont appelés à faire preuve de résilience.

Or les pratiques de résilience, qui se fondent sur la compassion, la solidarité, la responsabilité et l’innovation, sont aussi celles de la durabilité. « A mesure que nous nous familiarisons avec de nouveaux modes de vie et que nous nous adaptons aux défis et aux situations qui les accompagnent, nous devons réfléchir aux solutions pour surmonter les obstacles actuels et nous préparer à la suite », a aussi déclaré Philippe Espitalier-Noël. Le rapport de développement durable, intitulé « Our Journey Towards Sustainability » constitue ainsi un rappel des priorités du groupe pour les prochaines années. 2. « Bel Ombre. Lamer. Later. Lavi. » : une marque territoriale pour unifier les opérations de la région autour d’une identité forte

L’autre point d’orgue de ce rassemblement était le dévoilement d’une nouvelle marque territoriale « Bel Ombre. Lamer. Later. Lavi. ».

« Maintenir », « unifier », « protéger » et « revaloriser » sont les actions clés rattachées à l’enrichissement de cette marque territoriale. Plus que jamais, Bel Ombre se présente comme une destination dynamique où chaque acteur du développement s’efforce de faire cohabiter les impératifs économiques avec des ambitions de développement qui mettent en lumière les atouts du patrimoine naturel, culturel, poétique, et historique des lieux.

L’objectif de cette nouvelle identité est de réunir, sous une appellation unique, l’ensemble des atouts de l’offre de Bel Ombre et de sa périphérie. Elle crée une synergie entre les équipes et les différents acteurs économiques du territoire pour valoriser la culture locale, magnifier l’attractivité du lieu et contribuer à son rayonnement. De plus, elle véhicule à la fois des valeurs et une promesse aux habitants de la région, aux employés, de même qu’aux clients des différents services du groupe.

Qu’il s’agisse de touristes, de visiteurs locaux ou d’investisseurs à la recherche de biens immobiliers dans la région, les entreprises du groupe sont invitées à harmoniser leurs comportements et leurs messages à destination de leur clientèle. Notamment ceux qui présentent Bel Ombre comme un lieu « où les hommes et la nature prospèrent », tel qu’illustré dans un Manifeste rédigé en marge de ce lancement : « Bel Ombre, un fer de lance du développement durable à Maurice et dans la région (…) un paradis qui se réinvente sans cesse, qui protège sa biodiversité pour mériter ce nom… paradis. »

Le lancement de cette marque territoriale s’accompagne aussi d’un nouveau site web (www.belombre.com) fonctionnant à la manière d’un portail pour informer, faire connaître et agréger les initiatives qui font de Bel Ombre un territoire où l’avenir se conjugue au présent.


Au cœur du district de Savanne, à l’extrémité sud-ouest de l’île, Bel Ombre occupe une superficie importante abritant différents écosystèmes. Lagon vivifiant, forêt indigène, rivières, montagne, et pratiques agricoles responsables sont d’étonnants terrains de jeu mis en scène en cette période festive. Ici, plus qu’ailleurs, l’harmonisation de nombreuses activités a donné naissance à l’agritourisme.

Les visiteurs peuvent profiter des nombreuses animations qui constituent l’offre de loisirs de Bel Ombre, lieu de ressourcement et de convivialité : randonnées, pique-niques, sports nautiques, golf, quad biking, kitesurf ou chasse, pour les plus sportifs ; visite de la région et de ses villages traditionnels pour les férus d’immersion culturelle ; échappées gustatives pour les amoureux de la gastronomie ; soirées festives ou encore expérience « Wellness » pour ceux en quête de détente.

Connue pour son littoral sauvage et ses recoins encore préservés, la région fournit un écrin verdoyant à deux établissements hôteliers cinq étoiles – Heritage Le Telfair Golf and Wellness Resort et Heritage Awali Golf and Spa ainsi qu’à des villas de luxe destinées à la location, soit Heritage The Villas. Kaz’alala Hosted B&B apporte pour sa part ses indéniables couleurs et saveurs locales.

De magnifiques villas sont aussi disponibles dans le cadre du programme immobilier de type « Integrated Resort Scheme » à Heritage Villas Valriche. D’autres atouts de Bel Ombre sont Heritage Golf Club, Heritage C Beach Club et Heritage Le Château.

S’affirmant depuis quelques années comme un laboratoire des meilleures pratiques de développement durable, Bel Ombre met aussi l’accent sur l’inclusion des communautés avoisinantes. Des projets communautaires compatibles avec les valeurs de Rogers bénéficient du soutien des filiales du groupe, dans un effort d’améliorer la sécurité alimentaire, de réduire le chômage et de lutter contre la pauvreté au sein de ces communautés.