13E ANNEE - PREMIER PORTAIL D'INFORMATIONS TOURISTIQUES DE L'OCEAN INDIEN


T O U R I S M E

Recul de 13,1 % du marché chinois depuis janvier

14 Août 2018 - 762 746 arrivées touristiques ont été enregistrées pour la période de janvier à juillet, comparé à 738 206 pour la période correspondante l’année dernière, ce qui représente une progression de 3,3 %. Mais malgré cette légère hausse, le marché asiatique, lui, affiche une petite forme, avec une faible croissance de 0,7 % pour les sept premiers mois de l’année.

762 746 arrivées touristiques ont été enregistrées pour la période de janvier à juillet, comparé à 738 206 pour la période correspondante l’année dernière, ce qui représente une progression de 3,3 %. Mais malgré cette légère hausse, le marché asiatique, lui, affiche une petite forme, avec une faible croissance de 0,7 % pour les sept premiers mois de l’année. 

Le marché chinois continue de dégringoler (-13,1%) avec 40 371 visiteurs de janvier à juillet, contre 46 474 pour la période correspondante l’année dernière. Rien que pour le mois de juillet, la baisse a été de 11,2 %, comparativement à juillet 2017.

Pour Patrick Moisan, consultant en tourisme et hôtellerie, le marché chinois régresse parce que Maurice ne lui offre pas ce qu’il attend, à l’exception peut-être de l’hébergement. Dans une récente interview, il questionnait d’ailleurs : «Devons-nous nous adapter et continuer nos efforts ou devons-nous accorder moins d’importance à ce marché? Nous devons peut-être nous poser ces questions avant toute chose et avant toute décision relative à notre stratégie future concernant ce marché.» Patrick Moisan confiait que nous ne recevons pas «le touriste chinois à fort pouvoir d’achat que tout le monde espérait.»


En dehors du marché chinois, il est intéressant de préciser que si la croissance globale des arrivées est de 3,3 %, la croissance du marché européen a été plus élevée sur les sept premiers mois de l’année, à 5,7 %. Preuve que ce marché reste une valeur sûre pour le secteur touristique mauricien. L’Europe a ainsi fourni 436 266 arrivées de janvier à juillet, comparé à 412 724 pour la période correspondante en 2017. Le marché français (notre premier marché) est en hausse de 5,8 %, avec 158 219 arrivées. Pour la période concernée, il représentait ainsi 20,7 % des arrivées totales dans le pays. Deuxième marché émetteur européen important pour notre destination : l’Allemagne, qui a fourni 67 366 visiteurs, soit une progression de 13,2 %, comparé à la même période l’an dernier.

Si le marché européen dans son ensemble progresse bien, ce n’est pas le cas du marché régional (Afrique) qui a reculé de 0,3 % pour les sept premiers mois de l’année. Même La Réunion (qui représente 10,8 % de nos arrivées totales) est en nette baisse depuis janvier (-8,5 %), avec 82 585 visiteurs, contre 90 281 pour la même période l’année dernière.

Outre la Chine, la France et l’Allemagne, l’Inde, autre marché important pour l’industrie touristique locale, affiche de son côté des signaux positifs, avec une croissance de 4,2 % pour les sept premiers mois de 2018. Soit 56 398 visiteurs.
Par ailleurs, des 762 746 arrivées, 749 599 concernent la voie aérienne, et 13 147 la voie maritime, soit 1,7 %. Le nombre de nuitées par touriste est resté stable à 10,4.

Hausse de 15 % des recettes
Les cinq premiers mois de l’année ont été fructueux en termes de revenus touristiques. Depuis janvier, et ce jusqu’en mai, les recettes engrangées mensuellement ont systématiquement surpassé celles enregistrées à la même période l’année dernière. Par exemple, en février 2017, elles se chiffraient à Rs 4,7 milliards ; alors qu’en février 2018, elles gonflaient à Rs 6,0 milliards. Autre exemple, alors qu’elles étaient de Rs 4,8 milliards en avril 2017, elles ont augmenté à Rs 5,6 milliards en avril 2018. De plus, les recettes totales emmagasinées de janvier à mai de cette année totalisent Rs 29,3 milliards, contre Rs 25,5 milliards pour les cinq premiers mois de 2017, soit une progression de 15 %. Notons que Statistics Mauritius a prévu des revenus de Rs 62,5 milliards pour l’année dans son ensemble.

L'Express