13E ANNEE - PREMIER PORTAIL D'INFORMATIONS TOURISTIQUES DE L'OCEAN INDIEN


T O U R I S M E

Tourisme : La sécurité priorité du ministre Gayan

30 Janvier 2017 - La sécurité des touristes priorité no1 du nouveau ministre du Tourisme, Anil Gayan. C’est ce qui ressort d’une rencontre de haut niveau qu’il a eu, vendredi, avec les « stake holders » de l’industrie.

La sécurité des touristes priorité no1 du nouveau ministre du Tourisme, Anil Gayan. C’est ce qui ressort d’une rencontre de haut niveau qu’il a eu, vendredi, avec les « stake holders » de l’industrie.

Passant en revue la situation actuelle, l’inspecteur Jaunky, responsable de la police du Tourisme, a indiqué que dans certains hôtels, le système de surveillance par caméras ne fonctionnent pas toujours et qu’il n’y a aussi un manque d’agents de sécurité.

Lionel Benzoni, responsable des établissements du Club Med à l’île Maurice , a soutenu, pour sa part,  qu’il y a de la délinquance et même du trafic de drogue sur les plages, et ce en dépit des dénonciations à la police et les lettres adressées aux autorités par la direction mauricienne du groupe hôtelier.

« J’apprends qu’il se pourrait qu’il y ait du trafic de drogue sur les plages publiques. Je vais parler de ce problème au commissaire de police »,
commente Anil Gayan. 

Les vendeurs de plage sont également dans le collimateur des opérateurs pour, notamment, des cas de vol. Paul Jones, Chief Executive Officer (CEO) du groupe Lux, a mis l’accent sur la formation des employés d’hôtel et des marchands de plage. Il a été proposé que les marchands de plage qui souhaitent renouveler leur licence auprès de la Tourism Authority présentent des certificats de moralité.

Les opérateurs demandent également une présence policière plus importante dans les zones touristiques. Le président de l’Association des Hôtels de Charme, Bissoon Mungroo, demande également des délais d’intervention plus courts de la police du Tourisme.


Toutes les parties prenantes s’accordent à dire que la sécurité des touristes est importante, d’autant qu’avec les réseaux sociaux, chaque cas est relayé à travers le monde et que l’image de l’île Maurice en prend un coup.

« Chaque Mauricien doit se sentir concerné par le tourisme, car cette industrie rapporte beaucoup à l’économie en termes de revenus et d’emplois. Tout le monde a intérêt à ce que cette industrie prospère », conclut Anil Gayan.

Source : Défi Plus