15E ANNEE - PREMIER PORTAIL D'INFORMATIONS TOURISTIQUES DE L'OCEAN INDIEN


T E N D A N C E

Tourisme : Quand l’Arabie Saoudite compense la perte des touristes chinois

13 Août 2019 - Ce qui était, au départ, un pari, semble, aujourd’hui porter ses fruits. Avec la baisse du nombre de visiteurs chinois et l'inquiétude suscitée par Brexit, l'industrie touristique mauricienne s'est tournée vers un sauveur inattendu : Arabie Saoudite. Le nombre de visiteurs chinois qui a contribué à soutenir un taux de croissance annuel de 11 % des touristes en 2015, a ralenti à 4,3 % l'an dernier, en partie en raison de la suppression des vols directs par China Southern Airlines Co.

En 2015, l'île Maurice a attiré 90 000 visiteurs de Chine. Selon les chiffres de l'Agence nationale de la statistique, le total de cette année devrait être inférieur à la moitié de ce chiffre. L'affaiblissement de la livre sterling et la perspective d'une nouvelle chute de la devise si le Royaume-Uni quitte l'Europe cette année, est une autre source de préoccupation : Le Royaume-Uni est la quatrième source de touristes de l'île Maurice.

Mais maintenant les Saoudiens arrivent et pour l’île Maurice c’est un bonus. Le tourisme représente 8% de son produit intérieur brut et emploie indirectement un cinquième de sa main-d'œuvre. Au premier semestre de cette année, le nombre de visiteurs saoudiens a presque doublé, passant à 9 219 par rapport à l'année précédente, grâce à trois vols hebdomadaires au départ de Riyad et Djeddah introduits par Saudi Arabian Airlines en 2017. Les liens diplomatiques entre les deux pays se sont renforcés depuis, avec l'ouverture d'une ambassade de Maurice en Arabie saoudite l'année dernière et une visite d'État du ministre saoudien de l'intérieur quelques semaines plus tard.

Des vacances somptueuses
Jean-Michel Pitot, président de l'association des hôteliers et restaurateurs mauriciens, souligne  que " ce fut vraiment une heureuse surprise ". "Ces avions sont bien remplis. Je ne m'attendais pas à ça."

Bien que cette nation insulaire de l'océan Indien ait traditionnellement bénéficié d'un flux constant de visiteurs venus d'Europe, héritage de son histoire coloniale, elle lutte depuis des années pour attirer des touristes d'autres continents. Pour les Américains, c'est tout simplement trop loin. Le marché africain, malgré sa proximité, reste largement inexploité en raison des mauvaises liaisons aériennes et du coût relativement élevé des vacances à Maurice. Maurice a été occupée à l'époque par la Hollande, le Royaume-Uni et la France.

Même si les Saoudiens ne représentent qu'une infime fraction des 1,4 million de visiteurs annuels de l'île, soit plus que sa population de 1,27 million d'habitants, leur pouvoir d'achat a permis de compenser la baisse des arrivées en provenance de Chine. Les Saoudiens séjournent généralement dans des villas privées de luxe et ont tendance à dépenser beaucoup d'argent pour les repas et les services.

Christian Lefèvre, Managing Director de “Coquille Bonheur” estime, pour sa part que “l’île Maurice a tout a gagner avec les touristes saoudiens”. “Nous troquons la qualité contre la quantité, c’est une excellente nouvelle pour l’île Maurice et son image. Les touristes saoudiens, amateurs de luxe, dépensiers et curieux, sont un vrai atout”

"Les politiciens ont tendance à mettre l'accent sur la quantité, mais nous disons que c'est un peu plus large que cela ", a déclaré M. Pitot. "Les plages ne sont plus aussi belles qu'il y a 30 ans. Il y a plus de pollution, il y a plus d'embouteillages. De plus, l'industrie du tourisme dans le monde a énormément changé ces dernières années. La plage et le soleil ne suffisent plus. Les gens veulent une expérience."

Le gouvernement a dit que les raisons de la chute du nombre de Chinois sont plus banales. Il n'y a pas assez d'avions.

Diversité

"Nous avons mené de nombreuses campagnes de marketing sur les médias sociaux chinois et nous avons invité des artistes et des blogueurs chinois ", a déclaré Anil Gayan. "Mais je pense que pour conquérir le marché chinois, nous avons besoin de plus de vols réguliers. Un touriste chinois qui n'est pas satisfait veut pouvoir partir le lendemain. Ils ne veulent pas attendre cinq jours avant de pouvoir partir."

Le gouvernement fait donc pression sur de nouveaux pays pour que les touristes continuent à venir, avec un roadshow prévu au Kenya cette année, a déclaré le ministre du Tourisme Anil Gayan.

"Historiquement, notre industrie hôtelière s'est toujours tournée vers l'Europe, a dit M. Gayan. "Si je dis, faisons un roadshow en Arabie Saoudite, ils ne viendront même pas. Ils ne sont pas intéressés. Mais nous pensons que nous ne devrions pas avoir plus de 20% de n'importe quelle nationalité dans un hôtel à un moment donné. Nous avons besoin de cette diversité."