13E ANNEE - PREMIER PORTAIL D'INFORMATIONS TOURISTIQUES DE L'OCEAN INDIEN


GUIDE

Un nouvel univers ouvre ses portes à l’Aventure du Sucre : le Pavillon Rhum

20 Novembre 2015 - Ce pavillon a pour objet de compléter l’immersion au sein de l’industrie cannière moderne. Avec la canne on fabrique des sucres bien sur mais pas seulement ! Dans la canne, RIEN NE SE PERD ET TOUT SE TRANSFORME. L’Aventure du Sucre nous explique que cette plante extraordinaire permet de produire de l’énergie verte (plus de 20% de l’électricité nationale, grâce à la biomasse qu’est la bagasse, la fibre de la canne), des engrais naturel, du carburant vert (bioéthanol), et du rhum.
 

Ce pavillon a pour objet de compléter l’immersion au sein de l’industrie cannière moderne. Avec la canne on fabrique des sucres bien sur mais pas seulement ! Dans la canne, RIEN NE SE PERD ET TOUT SE TRANSFORME. L’Aventure du Sucre nous explique que cette plante extraordinaire permet de produire de l’énergie verte (plus de 20% de l’électricité nationale, grâce à la biomasse qu’est la bagasse, la fibre de la canne), des engrais naturel, du carburant vert (bioéthanol), et du rhum.



Des supports ludiques nous permettent de comprendre tout ce qu’il faut savoir sur le rhum. Ainsi une BD géante raconte l’histoire fascinante du rhum sur notre ile. Il aura fallu plusieurs siècles de péripéties pour que cet alcool, qu’on surnommait autrefois le  “tue-diable”, gagne ses lettres de noblesse et devienne une boisson prisée internationalement, avec des nectars haut de gamme tels qu’en produisent plusieurs distilleries mauriciennes aujourd’hui. La preuve de cette succès story : les nombreuses médailles récompensant les rhums mauriciens dans les concours internationaux. La BD géante a été écrite par la muséologue de l’Aventure du Sucre, d’un Château dans la Nature et du Blue Penny Museum, Claude Fauque, et est illustrée par le talentueux dessinateur mauricien Thierry Permal, qui a illustré sur Maurice et l’Afrique de nombreux ouvrages d’écrivains, plusieurs BD, ainsi que des manuels scolaires et des ouvrages jeunesse. 

Pour la partie fabrication, une vidéo a été réalisée localement par The Prod (Virginie Binet Descamps) grâce au soutien de la plus grande distillerie de l’Ile, Grays. Cette vidéo est un véritable  tuto (ou tutoriel) qui nous explique comment on passe de la canne à sucre au rhum grâce à une démonstration claire et rapide des techniques et procédés de fabrication du rhum. Et ceux qui veulent tester leur connaissance nouvellement acquise, s’adonneront avec plaisir, en fin de visite, à la dégustation des 9 rhums proposés sur le site : 3 rhums de 3 à 8 ans, vieillis en fut de chêne, 3 rhums aux sucres spéciaux, uniques au monde et 3 liqueurs de rhum au miel de Rodrigues, à la vanille et café. Les visiteurs ont le privilège de gouter des rhums fabriqués avec soin, en quantité limitée spécialement pour l’Aventure du Sucre par la Maison New Grove. Et pour conclure cette immersion en beauté, un savoureux ‘menu rhum’ est proposé au restaurant Le Fangourin à tous les gourmands pour Rs790TTC avec en entrée, feuille à feuille de volaille, ananas rôti à la liqueur de rhum au miel New Grove, en plat choix entre le mérou à l’unilatéral en croute d’herbes, bisque au vieux rhum VS New Grove et pot au feu de cerf braisé au vieux rhum VS New Grove et ses médaillons de fruit à pain, et enfin en dessert un délicieux sorbet artisanal façon Mojito.

La fabrication du rhum en quelques mots

On distingue habituellement les rhums provenant du jus de canne ou rhums agricoles et ceux issus de la distillation de la mélasse, rhums traditionnels. Ces derniers dominent largement, représentant plus de 90 % de la production mondiale. Le rhum agricole est fabriqué directement avec le jus de la canne qui doit être mis immédiatement à fermenter, puis distillé, car le jus de canne à sucre ne se conserve pas et s’altère rapidement. Le second est issu de la mélasse qui se conserve mieux. Sur le marché français, ce rhum jouissait jusqu’ici d’une connotation péjorative. Les améliorations qualitatives apportées au fil du temps aux rhums de mélasse (fermentation, distillation, vieillissement) ont chassé cette idée reçue. Aujourd’hui, les producteurs mauriciens prouvent que certains de nos rhums de mélasse, mais aussi les rhums agricoles, ont atteint d’excellentes qualités gustatives et ont toute leur place sur le marché mondial. Ils se distinguent d’ailleurs régulièrement lors des compétitions internationales.

Histoire du rhum à l’Ile Maurice

Avec comme origine la fermentation de la sève du latanier, cette boisson fut implémentée à Maurice par un colon hollandais. Après que les Français se soient établis en 1740, Mahé de la Bourdonnais, gouverneur de l’île à cette époque, convaincu de ses possibilités de développement, établit une sucrerie, adjointe d’une distillerie. De là nait le rhum « arrangé », dans l’optique de couvrir le goût de cet alcool grâce à des épices ou des fruits.

Après des années prospères, la distillerie mauricienne se retrouve dans le marasme au début du XXe siècle. Des lois sur la fabrication du rhum et sa qualité sont alors établies pour redorer ce produit. Depuis, le rhum mauricien s’est construit une réputation à travers le monde et reçoit régulièrement des prix récompensant leur qualité.